Blog

C’est parti pour le yoga teacher training !

Ca y est je suis en Inde, j’ai atterri le 31 décembre à 23h à Bangalore puis j’ai fait 4h de route musclée direction Mysore en plein réveillon du nouvel an. Après 3 petites heures de sommeil, je me suis réveillée dans la chambre de mon école où je vais passer les 30 prochains jours… J’ai eu une petite journée pour balader dans la ville et rencontrer une des filles de ma promo avant de démarrer le jour suivant.

Je commence donc 2017 avec mon mois de formation intense pour devenir instructrice de yoga. J’avoue, quand je suis arrivée, je ne réalisais pas très bien et j’ai eu des moments de doutes en mode “bordel, dans quoi je me suis lancée encore?”. Mais assez rapidement, j’ai compris que j’étais sur le point de vivre une des meilleures expériences de ma vie.

Quel est le programme des cours ?

Le planning est plutôt intense puisque qu’il y a beaucoup de domaines à couvrir. De plus j’ai choisi une école assez ambitieuse qui estime que le minimum de 200 heures exigés par Yoga Alliance n’est pas suffisant, donc voici ce qui mon emploi du temps, 6 jours sur 7 pendant 4 semaines :

5.30Réveil
6:00 – 6.30Chants & Kriyas (purifications)
6.30 – 8.00Pratique d’Asanas
8.00 – 8.30Pranayama (exercices de respiration)
8.30  – 9.15Breakfast Break
9.15 – 10.00Karma Yoga
10.00 – 11.00Techniques
11.00 – 12.00Philosophie
12.30 – 13.30Pause Déjeuner
13.30 – 15.30Pause pour étudier / Activité surprise
15.30 – 16.30Enseigner un cours de Yoga
16.30 – 17.30Anatomie
17.30 – 19.00Pratique d’Asanas
19.00 – 19.30Chants & Méditation
19.30 – 20.30Diner
20.30 – 21.30Happy Hour
21.30Bonne nuit !

Donc ouai plutôt chargé et intense, mais nous avons si peu de temps pour apprendre une science millénaire que je trouve cela bien normal.

Tous les jours nous avons des devoirs, et à la fin du mois, nous avons un examen. Pour ce test final nous devons être capable de chanter les prières d’ouverture et fermeture d’un cours (en sanskrit), connaitre le nom en sanskrit de chaque asanas, leur sens, faire une démonstration silencieuse, savoir les contre-indications de la posture, les bénéfices, expliquer la technique et lister les erreurs communes avant de faire un cours collectif. Nous aurons tout au long de ce mois, plus de 20 cours collectifs à préparer. C’est énormément de travail, mais c’est exactement ce que j’attendais en choisissant IndeaYoga. Contrairement à de nombreuses écoles qui donnent la certification à tout le monde, cette école est réputée pour son niveau et il n’est donc pas garanti d’être certifié. Ouai, je n’ai pas choisi la facilité, surtout que tout est en anglais (avec accent indien SVP) ce qui ajoute une certaine difficulté.

Il y a de nombreuses règles qui attestent du niveau de rigueur de l’école : Nous n’avons pas le droit de parler en classe, pas le droit de parler au professeur en dehors des moments réservés aux questions, interdiction de rentrer en classe en retard, à partir du moment où le professeur ferme la porte c’est fini, et si nous sommes en retard à deux classes, nous sommes renvoyés du programme avec aucune chance d’être certifié.

Là, ceux qui me connaissent normalement paniquent… Pas le droit de parler ni être en retard ? Ouai, ouai, et même pas peur ! Je vais devenir une femme nouvelle après cette formation, je le sens.

Comment se déroule la vie dans l’ashram ?

Nous sommes la troisième promotion de l’école en mode “ashram” ,c’est à dire une institution animée par un guru où des élèves séjournent pour suivre les enseignements du maître. Avant les cours avaient lieu dans un autre endroit et les élèves étaient dans des logements séparés. Donc ce n’est pas un ashram dans le sens traditionnel, cependant nous suivons les règles de vie “à l’ancienne”.

Yoga Dhaama, mon école avec un immense jardin en plein Mysore

Le joli jardin

Un Kolam en guise d’accueil

La seule salle où nous avons le droit de parler

Les repas

La merveilleuse Plema nous prépare 3 délicieux repas par jour : Des plats traditionnels indiens, lacto-végétariens, sattviques et bio ! Le premier jour ca a été dur, il y avait de la coriandre de partout mais j’ai pu en parler, et depuis je me régale. Nous mangeons assis par terre, après avoir chanté une prière quand un professeur est avec nous (sinon on mange direct comme des sauvages) et encore en silence. Au début, j’étais embêtée par cette règle de silence lors des repas, mais très vite j’ai appris à apprécier. Je savoure plus la nourriture qui m’est servie et cela devient le moment avec moi et moi-même. Je prends quand même le risque de me faire gronder tous les jours pour remercier Plema et lui dire à quel point c’était délicieux.

Petit déjeuner

Déjeuner

Diner

Plema, ma nouvelle figure maternelle !

La vie en communauté

Plema s’occupe des repas, et Sujay s’occupe du ménage, on est plutôt bien lotis, je ne m’attendais pas à ça puisque je pensais que nous ferions les tâches ménagères lors du karma yoga. Et nous avons des chambres individuelles, donc je suis vraiment dans des conditions luxueuses.
L’atmosphère est vraiment la bienveillance ! Les mois de décembre et janvier sont connus pour avoir une super ambiance et des petits groupes de motivés prêts à rater les fêtes de fin d’année et c’est totalement le cas. Notre promotion compte seulement 5 filles, dont 3 indiennes (ce qui me rassure encore plus sur la qualité et réputation de l’école). Même si on est toutes là pour travailler dur et réussir notre certification, nous sommes aussi toutes réunies par la même passion, le yoga. Cela ne fait que quelques jours que nous sommes ensemble et je suis ultra confiante sur la vie en communauté avec ces belles personnalités.

J’ai l’impression qu’ils nous ménagent bien ces premiers jours, on nous répète “profitez, ca va devenir plus costaud”, donc ma foi, je profite ! On verra bien ce qui nous attend…

carine

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.